Timber by EMSIEN-3 LTD

BlasonGuildeDesBlogueursMaconniques

 Profil500         

Edito de Janvier 2016

 

 

Parce que ça flatte l'égo des Grands Maîtres Car tel était son grand plaisir et sa grande joie, notre Très Vénérable Grand Maître adoré nous gratifie de pensées personnelles afin de nous faire réfléchir. Découvrez les ici

 

 LireLaSuite


 

playmasonrycarre

Recherche du Secrétaire

Réseaux sociaux

noussuivresurfacebook copy

FBAl quin   FBbeth FBdesachel 
 FBfreemasonry    FBPietrar
 dae logo    Logo Grande Loge dOrient de France

Déclaration commune des obédiences interplanétaires

communiquedepresse

Conférence publique

affiche1600

Newsletter par mail

Réfléchis-bien avant d'agir...
Please wait

Flux RSS (c'est un jeu de mots)

Humour maçonnique - Cinquième réunion de la GLOF

Créé le mercredi 26 octobre 2016 01:00

gloflogo Site à nouveau en ligne !

Vous vous êtes demandé pourquoi le site de la GLOF indiquait un piratage par des Complotistes Reptilo-Maçonniques ? Découvrez-en la raison en cliquant sur "Lire la suite... "

 

Et si vous le désirez, relisez également les précédents épisodes ici : 

 

 Chapitres GLOF Chapitres 2 GLOF 
 Chapitres 3 GLOF  Chapitre 3 GLOF
 Chapitres 4 GLOF  

 

 -    Beth ! Ouvre ! Arrête de faire l’enfant !, hurlait La Maçonne depuis déjà un quart d’heure en tambourinant sur les portes du temple.
-    Nan ! J’ai bientôt fini !, s’époumonait le vieux mais toujours sémillant Beth-le-Vénérable.
-    T’as passé deux jours enfermé dans ce temple, ça peut plus durer ! Il faut que tu ouvres !
-    Nan ! J’ai bientôt fini !
-    T’es ridicule !
-    Nan ! J’ai bientôt fini !
-    Hey Beth, c’est vrai que ne t’as pas de programme pour 2017 ?, demanda hilare Jean-Michel Mathonière.
-    Quel est le rapport ?, s’interrogea La Maçonne.
-    Nan ! J’ai bientôt fini !, répondit Beth
-    Vous voyez ! En fait il n’entend rien du tout derrière sa porte, commenta Jean-Michel.
-    Donc je lui parle depuis un quart d’heure…
-    Pour rien, conclut Jean-Michel. Hey Beth ! Tu vas encore rester aux WC longtemps ?
-    Nan ! J’ai bientôt fini, répondit Beth.
    Pouffant de rire comme des enfants, se tenaient la crème de l’internet maçonnique derrière une simple porte de temple en bois.
    Il y avait en effet La Maçonne, Jean-Michel Mathonière, Ciril Maçon, Yaka Yaka, Alain Subrebost, et tous les autres membres de la Guilde des blogueurs maçonniques dont quelques petits nouveaux.
    Seul absent apparemment, Desachel. Celui-ci avait envoyé un mail groupé pour avertir de sa volonté de ne pas assister à la tenue, en raison de vacances familiales.
    D’autres n’étaient pas venus, mais n’avaient pas averti pour autant.
    La convocation avait pourtant été claire. Nous étions invités à élire un nouveau Très Vénérable Maître ou Tout Aussi Vénérable Maîtresse en ce samedi 22 octobre 2016.
    Et pourtant, nous n’étions qu’une douzaine à attendre derrière cette porte que Beth-le-Vénérable, l’actuel Grand Maître de la GLOF, n’ouvre le temple afin que nous puissions nous réunir dans une ambiance grand guignolesque, comme à l’habitude.
    L’absence de fondateurs de la GLOF ne passait donc pas inaperçue.
-    Personne n’a les clés ?, demanda Alain Subrebost.
-    On pourrait demander au frère Servant, répondit le Grand Expert.
-    Oui mais pour cela, il faudrait que nous en ayons reçu l’ordre, commenta le Grand Maître des Cérémonies.
-    Qui peut nous donner un tel ordre alors que le Très Vénérable Grand Maître nous interdit d’ouvrir ?, demanda le frère Hubert.
-    Rhooo ! Arrêtez vos bêtises de franc-maçonnerie machiste, phallocrate et réactionnaire !, tempêta La Maçonne. Allez me chercher ces clés ! Al ! S’il te plait. Toi qui est le moins fou de nous. Vas-y...
    Et voici comment votre serviteur se retrouva donc à chercher le frère Servant dans ses cuisines.
-    Vous serez combien ce soir ?, me demanda-t-il lorsqu’il me vit
-    Je ne sais pas, nous n’avons pas enco…
-    Et voilà ! C’est toujours pareil avec la GLOF ! Vous êtes jamais le même nombre, et moi je galère toujours toute une semaine pour refourguer les plats qui me sont restés sur les bras quand, au final, personne ne mange… Excusez-moi de vous le dire mon frère, mais ce n’est pas du sérieux votre obédience là !
    Faisant fi de cet éclair de lucidité dans un océan de folie, je revenais donc avec la clé du temple.
    J’enjambais alors Lami Delarose, assis en tailleur dans le couloir, au milieu d’une nuée de photocopies de microfilms de la bibliothèque de Lyon et qui marmonnait alors :
-     Mais où est-ce que j’ai mis l’armoirie de CBCS de Jean de Pissedure de 1787 ? C’est pas possible ! Je suis certain qu’elle était dans la liasse avec le plan géométral de Lyon de 1789.. C’est pas possible ! Comment vais-je pouvoir terminer ma 3è relecture si je ne trouve même plus Pissedure ???
    M’approchant de la porte, j’insérais la clé, la tournait et ouvrait grand le temple lorsqu’un hurlement retentit !
-    Naaaaaaaaaaaaan !! J’ai pas finiiiiiiiiiiiii !!! Je vais finiiiiiiiiiiiiiiir !! Barrez-vous de lààààààààààààààà !!!!!!
    C’était notre Beth-le-Vénérable national !
    La vision qu’il nous offrit à ce moment précis laissa coite l’assistance.
    En caleçon Mickey, la barbe et les cheveux hirsutes, la chemise couverte de taches de sauces en tous genres et son pantalon noué sur ses épaules par les jambes nous figea tous à l’exception de Lami qui arriva à cet instant et s’écria :
-    Ah ben y a pas que moi qui écrit sur les murs à ce que je vois ! Toi aussi t’as Pierre Mollier et Roger Dachez qui ont fait la préface de ton livre ? ça met la pression hein !
    Et effectivement, de la pression, Beth avait dû en ressentir. Car en plus de son accoutrement dépenaillé, nous constatâmes que celui-ci avait recouvert l’intégralité des murs du temple d’un ensemble de caractères et de mots en tous genres qui terminaient de le faire passer pour fou.
-    Les gars, j’ai déjà vu ça dans le Compagnonnage, déclara Jean-Michel Mathonière. Il est revenu à l’état sauvage… Va falloir qu’on soit organisés pour le maitriser et le ramener chez lui…
-    Je vais nulle part !, cria Beth. J’ai pas fini !!!
-    Ok, enchaina Jean-Michel en chuchotant. On va faire la technique dite « de la subvention publique ».
-    Qu’est-ce à dire ? Demanda le frère Hubert.
-    La Technique dite « de la subvention publique » c’est très simple.. Il va falloir que nous nous déplacions dans la pièce et que nous occupions l’espace. Il faut que partout où il pose son regard, il ne trouve que nous. Au début il résistera, mais au bout d’un certain temps, il finira pas lâcher.
-    Foutez-moi le camps !!!! J’ai pas fini !!!!, s’époumona le Très Vénérable Grand Maître en partant en courant vers l’Orient.
-    Mince ! Il s’échappe !, pesta Jean-Michel. Si seulement j’avais pensé à prendre mes fléchettes hypodermiques…
-    Nan mais ça va oui ?, s’inquiéta La Maçonne. Il n’a pas l’air plus fou que d’habitude moi je dis. Il faut juste lui demander ce qu’il se passe.
-    C’est quoi ces tas de chaussures ?, demanda Lami.
    Effectivement, à l’Orient se tenaient deux tas de chaussures de chaque côté de l’autel du Vénérable Maître. Près d’une centaine de paires étaient au moins présentes.
-    Coucou Beth, tu me reconnais ?, demanda La Maçonne.
-    Chut ! Silence ! Bien sûr que je vous reconnais tous ! Bande de déglingos que vous êtes ! Laissez-moi me concentrer !
-    Mais te concentrer à quoi ?, hasarda le frère Hubert.
-    A trouver ce scrogneugneu de mot de passe !!!! ARRRGHHHHHH il m’éneeeeeeeeeeeeerve !!!!, hurla Beth en s’affalant sur sa chaise derrière son ordinateur portable.
-    Quel mot de passe ?, demanda La Maçonne.
-    Ah c’est ça sur les murs…, commenta Jean-Michel.
-    Le mot de passe de notre site ! Bande de mouligaufres !!!!, s’époumona le Très Vénérable Grand Maître.
-    Comment ça le mot de passe de notre site ? ça a un lien avec le piratage qui a lieu sur Freemasonry.fr ??? Mais je croyais que tu avais tout sous contrôle justement ! Tu as été marquer sur le facebook de la GLOF que le site avait été piraté par une Guilde de complotistes reptiliens, mais qu’au final tu gérais tout…
-    Oui ben je gérais rien du tout !! C’est Desachel ! C’est sa faute ! Cet imbécile !! Ahhhhhhhhh qu’est-ce qu’il m’énerve !!!!!!
-    Quoi ?, s’écrièrent tous les présents.
-    Pffff, j’en ai assez, déclara dépité Beth en dénouant le pantalon qu’il avait sur ses épaules. Ça fait des mois que je feignasse. Je fais plus rien de maçonnique. J’allume même plus mon compte facebook. Alors ce petit idiot, pour me secouer, il a commencé à m’envoyer des messages pour me remotiver. Mais moi j’y allais même plus sur facebook. Alors J’ai pas pu les lire…
-    Et alors ?, demandèrent-ils tous.
-    Et alors…. Il m’a envoyé d’autres messages. Et encore d’autres messages…
-    Et aloooooors ?
-    Et alors moi je les lisais pas.. Donc forcément j’y répondais pas…
-    Et alooooooooooors ?
-    Et alors il en a eu assez apparemment. Il cherché à me secouer… Mais moi je ne lisais pas ses messages ! C’est pas ma faute…
-    Et alooooooooooooooooors ?
-    Et alors, et bien un jour il m’a dit que si ça continuait, il allait fermer le site. Mais moi j’ai pas lu.
-    Et alooooooooooooooooooooooors ?
-    Et alors, il voyait que je lisais aucun de mes messages, alors il a commencé se moquer de moi, pour essayer de me bouger sûrement…
-    Et aloooooooooooooooooooooooooooooooooors ?
-    Et bien alors ça marchait pas ! Vu que j’allumais pas mon compte facebook…
-    Et alooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooors ?
-    Et alors, l’autre jour, comme un andouille qu’il est, il a posté sur le net qu’il allait y avoir l’élection d’un prochain Grand Maître à la GLOF. Là, moi, en lisant ça, je me suis dit «  ah mince.. Faudrait peut-être que je lise un peu ce qui s’est dit ces temps-ci pour me remettre à la page »…
-    Et aloooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooors ?
-    Et alors je me souvenais plus de mon mot de passe.. Alors, comme il avait accès au compte, je lui ai redemandé. Et là ça lui a pas fait plaisir, parce que c’est un hyperactif et qu’il n’aime pas quand les gens feignassent…
-    Et alloooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooors ?
-    Et alors j’ai découvert qu’un blogueur était parti de la Guilde. Il m’avait marqué un message facebook, mais je ne l’avais même pas lu ! ça craint.. Je suis désolé pour ce frère…
-    Comment ça ? Il y a un frère qui est parti de la Guilde des Blogueurs Maçonniques ? Mais on est tous là non ?, m’étonnais-je.
-    C’est Jacques Courtois qui est parti, commenta Jean-Michel.
-    Ah non, moi je suis toujours là !, contredit Jacques Courtois qui se tenait dans l’embrasure de la porte. Je n’ai plus de blog mais je suis toujours là.
-    Mince alors.. mais c’est qui ?, s’interrogea La Maçonne.
-    Nan mais vous craignez les gars là quand même…, se lamenta Beth. Bref ! On enverra un message d’amour collectif à ce frère pour lui souhaiter le meilleur..
-    Mais c’est qui qui est parti alors ?, demanda le Grand Maître des Cérémonies en chuchotant.
-    Oui, bref, interrompit Jean-Michel. On ne voit toujours pas le rapport avec cette histoire de mot de passe. C’est pour ça qu’il te fallait un mot de passe ? Pour retrouver l’accès à ton compte facebook ?
-    Non.. ça c’est bon ! Il me l’a donné. Mais là où il s’est énervé, c’est quand je lui ai dit que je ne retrouvais plus la conversation facebook où il me donnait le mot de passe administrateur pour le site..
-    QUOI !!! Tu conserves tes comptes admins dans des messages facebook !!!, fulmina Jean-Michel.
-    Voilà ! C’est exactement comme ça qu’il s’est énervé !, remarqua Beth.
-    MAIS IL A RAISON BON SANG DE BON SOIR !!!
-    Bref !, coupa La Maçonne, et alors ?
-    Et bien.. Disons.. Disons que pour me forcer à retrouver et sécuriser mes mots de passe qui trainent à droite à gauche.. Il a eu une idée pour que je me bouge un peu..
-    C’est à diiiiiiiiiiiiiiire….
-    C’est-à-dire qu’il  a mis le site en « hors ligne » et il a rajouté des idioties sur des complots reptilo-maçonniques afin que je retrouve fissa fissa mes accès et que je supprime tout ça !
-    AHAHAHAHHAAHAH, rirent les blogueurs maçonniques à l’unisson.
-    Ahahahaha ?, rirent de manière forcée les non blogueurs en se demandant ce qui pouvait être drôle là-dedans.
-    Mais tu sais que personne n’a percuté que le site était tout simplement hors ligne ? Certains sont même allées jusqu’à analyser le code source de la page pour oivr ce qu’il en retournait.
-    Oui je sais.. ça craint.. J’en suis désolé.. Mais c’est pas ma faute si j’en avais marre du monde maçonnique en ligne…
-    Mais alors pourquoi tu as marqué sur le compte facebook que tu avais tout sous contrôle ? Tu t’es pris pour une grosse obédience ?, demanda La Maçonne. Du genre qui dit que tout est sous contrôle alors qu’absolument rien n’est sous contrôle ?
-    C’est exactement ça, avoua piteusement Beth. Mais là je suis dans une panade noire !!! Impossible de me souvenir de mes codes !!!
-    Et ça fait deux jours que tu t’es enfermé là ? Pour trouver tes codes ?, demanda La Maçonne.
-    Oui, avoua à nouveau piteusement Beth. J’ai pas mangé depuis deux jours. Je pense que je commence même à avoir des hallucinations et à devenir paranoïaque….
-    Mais euh.. C’est le mot de passe de quel site « grosse chouquette du 48 » ?, s’interrogea Lami en lisant les mots de passes écrits sur le mur du Midi.
-    Hein ? Euh non mais en fait rien du tout ! C’est rien du tout !!!, paniqua Beth.
-    Mais tu vas faire comment ?, demanda La Maçonne. Les gens ils y croient !!! Tout le monde sur le net maçonnique pense que le site a été piraté !
-    Ben… ben en fait cet idiot il m’a dit que si j’étais pas foutu de retrouver le mot de passe, il allait me le changer mercredi et me remettre le site en ligne. Mais c’est la honte si je n’y arrive pas, concéda Beth.
-    Et tu ne t’en souviens plus du tout ?, demanda Jean-Michel.
-    En fait, je sais que c’est un code mnémotechnique !
-    Mais tu ne t’en rappelles pas…
-    Non…
-    Pas super mnémotechnique, ironisa Jean-Michel. Donc si je résume, le site n’a pas été piraté « réellement », c’est le frère Desachel qui a fait ça pour te forcer à te souvenir d’un mot de passe dont tu ne te rappelles pas…
-    C’est ça…
-    Tu réalises que vous êtes quand même deux imbéciles d’une bêtise crasse !!!!!!!, tonna Jean-Michel.
-    Si je dis « oui », tu lui rediras à lui aussi ?
-    Oui ! 1000 fois oui !!!!, tempêta Jean-Michel.
-    Alors oui.. On est deux imbéciles d’une bêtise crasse !
-    Nan mais il faut être complètement crétin pour plaisanter sur un truc comme ça !!! Et en plus faire ça en plein milieu d’une annonce d’élection obédientielle !!! Tu sais comme c’est dur pour des frères de se dire que leur identité aurait été révélée à cause d’un souci informatique ?
-    Oh ça y a pas de problèmes !, sourit Beth.
-    Comment ça « pas de problèmes » ? Tu te fous de nous ?
-    Mais non… Mais quand je dis que les frères n’ont aucun souci à se faire sur le fait qu’une éventuelle liste des frères ait pu être révélée c’est que je sais de quoi je parle.. Car en fait, il n’y a jamais eu aucune liste des frères de la GLOF !
-    Quoi ?, mais comment tu fais pour les convocations ?,  demanda La Maçonne.
-    Oh ? ça ? J’ai un ptit compte Outlook à la maison avec des adresses mails un peu en vrac. A chaque fois je dois trier entre les adresses maçonniques et les autres.
-    Et tu ne te trompes jamais ?, demanda Lami.
-    Ça m’est arrivé, concéda Beth. Même des fois intentionnellement.
-    C’est-à-dire ?, demanda La Maçonne.
-    Et bien ça fait dix ans que ma belle-mère est morte. Mais à chaque fois que j’envoie une convocation, pour n’importe quelle loge que ce soit, je prends grand soin de lui envoyer un mail sur sa boite mail… Juste pour la faire se retourner dans sa tombe.
-    Beth !!!!, s’écria Jean-Michel.
-    Quoi ?, s’offusqua notre Vénérable National.
-    Nan, rien, j’aime beaucoup l’idée, mais j’ai trouvé qu’il fallait qu’à un moment quelqu’un te sermonne pour la forme.
-    Ah ! Ouf ! J’ai eu peur… En tout cas, j’espère que vous êtes rassurés ! Tout ce qui peut exister comme liste de la GLOF, elle tient sur une feuille de sopalin.
-    Comment ça ?, demanda Lami.
-    Et bien à la 1ère tenue, on avait mis un petit cahier à l'entrée pour que les frères et les soeurs mettent juste quelques renseignements les concernant : nom, prénom, obédience, adresse, digicode ainsi qu’une petite photo d’identité pour, je cite « faciliter le travail du frère secrétaire dans son dépouillement des listings anonymes ».
-    Et ?
-    Et bien personne n’a rien marqué. Alors j’ai demandé à Desachel de faire une liste. Mais comme il n’arrive pas à se concentrer plus de 2 minutes sur une tâche, tout ce que j’ai c’est ça !

Sopalin

-    Mais c’est quoi après les 4 noms là ?
-    Et bien c’est sa liste de courses. Il m’a dit qu’il avait peur d’oublier après la réunion, alors il a marqué ça là-dessus, il a pris une photo, et il m’a donné ce torchon.
-    Bref ! Et ces chaussures c’est quoi là à l’Orient ?, demanda Jean-Michel.
-    Ça ? C’est pour la cérémonie de ce soir. J’ai relu les 357 degrès +1, et la cérémonie officielle de la GLOF établit que le Très Vénérable Grand Maître ou la Tout Aussi Vénérable Grande Maitresse doit être élue en évitant le plus de tirs possibles de chaussures. Alors moi je respecte le rituel.
-    Depuis quand tu respectes le rituel de la GLOF ?, s’offusqua La Maçonne. T’as toujours dit qu’on était des zinzins, et que c’était du n’importe quoi…
-    Oui mais j’ai tellement envie de me débarrasser de ce machin que je suis prêt à tout pour sortir de charge !!
-    Sortir de charge ? Mais quelle charge ? ça fait un an que tu ne fais plus rien !! Tu publies plus rien, tu commentes plus rien.. La GLOF c’est un peu un cadavre tu sais…, se lamenta La Maçonne.
-    Ouais, je sais, mais je me fais vieux…
-    Je connais, compatis Jacques Courtois. Si tu veux on peut faire des maquettes de navire ensemble un jour si ça te dit.
-    C’est vrai ? Oh j’en serai ravi ! Tu m’inviteras en Sylvanie ?
-    Avec plaisir…
-    On ne vous dérange pas trop ?, questionna Jean-Michel. Par contre, quelqu’un peut m’expliquer pourquoi les deux seuls candidats à la Grande Maîtrise de la GLOF sont La Maçonne et Jean Acacio ?
-    Ah ! ça c’est moi !, s’exclama le frère Hubert.
-    Comment ça ?, demanda Jean-Michel.
-    Et bien, Très Vénérable Grand Maître, et vous tous mes frères et mes sœurs en vos rangs, grades, qualités, valeurs, humeurs, tempéraments, pointures de chaussure, tours de têtes, longueurs de bras et couleurs de cheveux, le frère Desachel m’a demandé l’autre jour quel était le nom du frère que l’on entendait le plus sur facebook. Et J’ai dit « moi j’entends tout le temps parler d’un certain Jean Acacio sur facebook ! Même qu’il sort un livre en novembre ! J’ai vu la couverture, il y a plein de symboles ! Et je sais que quand un frère sort un livre avec plein de symboles maçonniques dessus, c’est qu’il brigue à court ou moyen terme un poste de Grande Maîtrise ou équivalent ! ».
-    Vous voyez qu’il y a plus con que moi…, objecta Beth. Moi j’oublie mes mots de passe, mais je sors pas des idioties pareilles.. Quelqu’un pour expliquer à notre frère la raison pour laquelle le dénommé Jean Acacio ne pourra jamais être élu Grand Maître de la Glof ?
-    Ah bon ? Il ne peut pas ?, se lamenta le frère Hubert. Et pourquoi donc ?
-    Je m’y colle !, intervint Jean-Michel. Alors… Mon très cher frère… Oui, tu as tout à fait raison… Il y a moult publicité ces temps-ci pour un ouvrage relatant les aventures de Jean Acacio… Mais, peut-être ne l’as-tu pas remarqué… Au dessus de ce titre, il y a marqué Jacques Ravenne.. Ce qui, crois-moi mon frère, n’est pas une erreur… Puisqu’il s’agit en fait du nom de l’auteur…
-    Comment ça ?
-    Jean Acacio.. C’est un personnage de fiction mon très cher frère… Un personnage de Franc-maçonnerie Magazine. Et, actuellement, celui qui écrit les histoires de Jean Acacio, c’est Jacques Ravenne… Le romancier.. Jacques Ravenne… LE Jacques Ravenne d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne… Voilà voilà….  
    Le frère Hubert ouvrit alors la bouche, puis la ferma.
    Puis il la rouvrit, regarda autour de lui, et constata que tout le monde regardait en cet instant précis ses chaussures.
    Il intervint alors ainsi : « Je vais aller m’asseoir ».
-    Sage décision mon très cher frère, commenta Jean-Michel. Bon ! Alors ? On se la fait cette élection communiste à un seul candidat autoproclamé ? On commence par quoi ? Rapport moral et financier ? Qui est le Grand Secrétaire ? le Grand Trésorier ?
-    Euhh… En fait c’est moi.. Mais j’ai un peu négligé ça aussi ces temps-ci, concéda Beth.
-    Comment ça ? Tu fais ET Grand Maître, ET Grand Secrétaire, ET Grand Trésorier ? Mais c’est génial cette obédience ! Et on se demande pourquoi des frères se mettent en sommeil des années durant…
-    Hm……, ça se peut… En tout cas, la Grande Loge se porte parfaitement bien ! Sachez-le ! Cela me désespère d’ailleurs au plus haut point ! En élisant La Maçonne comme Grande Maîtresse adjointe, le gros chat obédientiel s'est mis à ronronner. A un tel point que nous n'entendons plus parler de nous nulle part ! Nous sommes devenus invisibles dans le paysage médiatique !
-    Comme une vraie obédience ! C’est incroyable !, s’étonna le Grand Maître des Cérémonies
-    Tout à fait ! Mais en "off" nous avons réussi à pondre deux ou trois bouses que nous avons nommé " Rapports " et que nous avons remises à des ministres en tous genres afin de les conseiller sur la manière de gérer le pays.
-    Et les ont-ils reçus favorablement ces rapports ?
-    Tout à fait ! Mais ceci est surtout dû au fait qu'à chaque fois que nous avons fourni un rapport, nous l'avons rangé convenablement dans une poubelle protectrice.
-    Une poubelle ?, s’étouffa le frère Hubert.
-    Oui ! Une poubelle.. Car vu que tous les rapports que toutes les obédiences donnent aux hommes et aux femmes politiques, finissent toujours à la poubelle, nous avons trouvé plus pratique de leur fournir ces rapports directement rangés dans une poubelle adaptée à la taille du rapport. Les ministres ont été emballés !! Ils ont dit qu'ils demanderaient personnellement à leur responsable au nettoyage de mener à la benne ces rapports, tout en conservant les poubelles.
-    Ah je comprends !, s'exclama le frère Hubert. Et la subtilité c'est que le vrai rapport était inscrit SUR la poubelle !!!! Ce qui fait que, tous les jours, ces hommes et femmes politiques pouvaient être inspirés discrètement par nos idées.
-    Ah non, pas du tout, le détrompa Beth. Ce sont juste des poubelles plastiques achetées sur Amazon. J’ai un compte premium, ça marche parfaitement bien en 24h. Et je suis même pas payé pour dire ça ?
-    Mais c’est scandaleux !, s’offusqua le frère Hubert en se levant de son siège.
-    Frère Hubert ?, interrompit Jean-Michel.
-    Oui ?
-    Jean Acacio….
-    Oh ? Euh.. oui.. mais.., s’empêtra le frère Hubert.
-    Jean Acacio, répéta Jean-Michel.
-    Je…
-    Jean..
-    Nan mais…
-    Acacio…
-    Oui bon d’accord… Continuez Très Vénérable Grand Maître, je ne vois aucu….
-    Jean….
    Le frère Hubert se rassit immédiatement.
-    Nous avons quand même un souci, si je puis me permettre, constata le Grande Maître des cérémonies. Certains prétendent que la GLOF est une fausse obédience...
-    C'est vrai..., répondit Beth.
-    Oui, certes, au sens strictement raisonnable du terme… Mais ne faudrait-il pas le nier ?
-    Pourquoi ? C'est tout à fait exact...
-    Oui... certes..., déclara le frère en se dandinant d'inconfort, mais certains autres frères et sœurs croient le contraire. Et en fait, c'est gênant...
-    Comment cela ?, demanda La Maçonne.
-    Et bien s'ils croient que c'est une vraie obédience, mais que nous leur annonçons que c'est une fausse, ils vont se vexer....
-    Et ?
-    Et bien ils risquent de partir ailleurs !
-    Et ?
-    Et nous aurons perdu des frères et des soeurs... Et donc des capitations...
-    Donc si je résume bien. Nous sommes une obédience qui n'existe pas, mais comme certains croient le contraire, il nous faut exister, car sinon, ceux qui croient que nous existons, alors que non, seraient enclins à partir ailleurs.
-    C'est tout à fait ça !, s'exclama joyeusement le frère.
-    Pfff, soupira Beth, faut vraiment que je me barre... Je suis trop vieux pour ces trucs là... Bon ! Vu que nous sommes tous d’accord pour que je puisse ENFIN me barrer et retourner à ma retraite que je n’aurais jamais dû quitter… Et vu que l’un des deux candidats à l’élection est un personnage de roman… Je mets au vote l’élection de La maçonne au poste de Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse de la GLOF.
-    T’as pas dit « J’ai faim » !, commenta La Maçonne.
-    Quoi ?
-    C'est dans notre rituel. Le Grand Orateur déclare « j'ai faim » pour chaque vote. Mais comme on n’a pas de Grand Orateur ce soir, faut que tu dises « J’ai faim ».
-    C’est vraiment une obédience de tarés… Bon.. Je mets au vote l’élection de La maçonne au poste de Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse de la GLOF. J’ai faim !

    A l’unanimité des présents, La maçonne fut ainsi élue régulièrement Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse de la GLOF.

-    Chouette !! Je vais avoir officiellement le droit de manier de la chaussure !
-    Oh volontiers !! Bon allez ! Moi je me casse, j’en ai marre, souffla Beth.
-    Mais ? Et ton mot de passe ?
-    J’ai la flemme… Qu’il aille au diable ce mot de passe ! On attendra mercredi que le ptit jeune il ait pitié et il remette le site en ligne…
    Beth ramassa ses affaires, et alors qu’il traversait les colonnes, tous les frères et la sœur présents se levèrent et se mirent à l’ordre, sans mot dire, saluant le travail accompli dans la gestion de cette ménagerie durant ces deux longues et dures années de mandat.
    Une minute passa avant que La maçonne ne déclara :
-    Bon, je peux aller à l’Orient maintenant ? J’ai mon programme à vous dévoiler…
    Prenant ses affaires, notre désormais Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse s’installa à l’Orient, entre deux tas de chaussures, dans ce temple couvert de mots de passes incongrus sur les murs.
-    Bon ! Allez ! A mon tour de taper de la chaussure !
    Elle se saisit alors d’un petit mocassin à gland et tapa une batterie sur la table.
-    Bon alors, vous le savez, ma marotte c’est la GL, la GLFF et la GLAMF. Mais je ne m’interdis pas une petite infidélité de temps en temps. C’est pourquoi, j’ai fait des recherches sur la Suprême Assemblée Constitutive des Avancés Maîtres Entrés à Reculons par Derrière et j’ai reçu à ce titre des détails croustillants d'informateurs masqués
-    Masqués ?, s’étonna le Grand Maître des Cérémonies.
-    Oui, c'était une soirée costumée dans une Grande Loge parisienne, mais je n'y retournerai jamais...
-    Et pourquoi donc ?
-    Je m'étais déguisée en Sorcière avec un faux nez, un chapeau noir, et j'avais même mis une verrue sur mon nez faux..
-    Et alors ? ça ne s'est pas bien passé ?
-    Oh si.. dans un sens si.. Tout le monde était hilare de mon déguisement....
-    Mais ?
-    Mais à chaque fois qu'ils avaient fini de rire ils s'écriaient " Hey regarde ! Cette sœur est déguisée en La Maçonne ".

    Je ne pus m'empêcher d'étouffer un fou rire.
    Je me fis alors immédiatement fusiller du regard et reçut une chaussure sur le coin de la tête.

-    Gnagnagna, moi ça ne m'a pas trop fait rire au début.. Mais d'un coup j'ai eu une idée.. J'ai commencé à faire aux frères " Bonjouuuuuuuuuuuur.. Je suis La Maçooooooooooonne... Vous avez une révélation sur le collège des grands officierrrrrrrrrrrs ou sur le Conseiiiiiiiiiiiiiil ? ".
-    Et ?
-    Et j'ai rempli la carte mémoire de mon téléphone tellement ils m'ont sorti des informations confidentielles en masse !!!....
-    Mais comment ça ?
-    Et bien, pour eux, déguisée en sorcière, j'étais déguisée en La Maçonne... Donc pour eux... et bien il était impossible que je sois réellement La Maçonne... Donc par voie de conséquence, ils croyaient sûrement que j'étais la femme d'un haut dignitaire.. Ils sont donc tous passés à table ! Et j’ai accumulé des faisceaux de preuves indiquant que la Suprême Assemblée Constitutive des Avancés Maîtres Entrés à Reculons par Derrière complote avec d’autres Conseils de Hauts Grades pour fonder une super méga obédience unifiée capable de concurrencer les autres super mégas obédiences !
-    Niveau complot, moi je préférais les reptiliens !, se confia le Grand Maître des Cérémonies juste avant de recevoir une chaussure sur le coin de la tête.
-    J’apprécie le silence dans les colonnes mon frère, se confia à son tour La Maçonne. Mais d’ailleurs, le silence n’étant pas qu’oral, je prie les frères ici présents de ne pas révéler ce que je m’apprête à vous révéler…
    Ainsi s’achève mon compte-rendu de tenue de Grande Loge de la Grande Loge d’Orient de France.
    Je  tiens néanmoins personnellement à remercier Beth-le-Vénérable pour tout le travail qu’il a réalisé durant toutes ces années au sein de la GLOF, mais aussi de Freemasonry.fr
    Je lui souhaite le meilleur et lui confie mon amitié indéfectible jusqu’à ce que l’un de nous soit appelé à l’Orient éternel, afin que le 1er attende l’autre.

Al-Quin

 

 

 

-          Beth ! Ouvre ! Arrête de faire l’enfant !, hurlait La Maçonne depuis déjà un quart d’heure en tambourinant sur les portes du temple.

-          Nan ! J’ai bientôt fini !, s’époumonait le vieux mais toujours sémillant Beth-le-Vénérable.

-          T’as passé deux jours enfermé dans ce temple, ça peut plus durer ! Il faut que tu ouvres !

-          Nan ! J’ai bientôt fini !

-          T’es ridicule !

-          Nan ! J’ai bientôt fini !

-          Hey Beth, c’est vrai que ne t’as pas de programme pour 2017 ?, demanda hilare Jean-Michel Mathonière.

-          Quel est le rapport ?, s’interrogea La Maçonne.

-          Nan ! J’ai bientôt fini !, répondit Beth

-          Vous voyez ! En fait il n’entend rien du tout derrière sa porte, commenta Jean-Michel.

-          Donc je lui parle depuis un quart d’heure…

-          Pour rien, conclut Jean-Michel. Hey Beth ! Tu vas encore rester aux WC longtemps ?

-          Nan ! J’ai bientôt fini, répondit Beth.

                Pouffant de rire comme des enfants, se tenaient la crème de l’internet maçonnique derrière une simple porte de temple en bois.

                Il y avait en effet La Maçonne, Jean-Michel Mathonière, Ciril Maçon, Yaka Yaka, Alain Subrebost, et tous les autres membres de la Guilde des blogueurs maçonniques dont quelques petits nouveaux.

                Seul absent apparemment, Desachel. Celui-ci avait envoyé un mail groupé pour avertir de sa volonté de ne pas assister à la tenue, en raison de vacances familiales.

                D’autres n’étaient pas venus, mais n’avaient pas averti pour autant.

                La convocation avait pourtant été claire. Nous étions invités à élire un nouveau Très Vénérable Maître ou Tout Aussi Vénérable Maîtresse en ce samedi 22 octobre 2016.

                Et pourtant, nous n’étions qu’une douzaine à attendre derrière cette porte que Beth-le-Vénérable, l’actuel Grand Maître de la GLOF, n’ouvre le temple afin que nous puissions nous réunir dans une ambiance grand guignolesque, comme à l’habitude.

                L’absence de fondateurs de la GLOF ne passait donc pas inaperçue.

-          Personne n’a les clés ?, demanda Alain Subrebost.

-          On pourrait demander au frère Servant, répondit le Grand Expert.

-          Oui mais pour cela, il faudrait que nous en ayons reçu l’ordre, commenta le Grand Maître des Cérémonies.

-          Qui peut nous donner un tel ordre alors que le Très Vénérable Grand Maître nous interdit d’ouvrir ?, demanda le frère Hubert.

-          Rhooo ! Arrêtez vos bêtises de franc-maçonnerie machiste, phallocrate et réactionnaire !, tempêta La Maçonne. Allez me chercher ces clés ! Al ! S’il te plait. Toi qui est le moins fou de nous. Vas-y...

                Et voici comment votre serviteur se retrouva donc à chercher le frère Servant dans ses cuisines.

-          Vous serez combien ce soir ?, me demanda-t-il lorsqu’il me vit

-          Je ne sais pas, nous n’avons pas enco…

-          Et voilà ! C’est toujours pareil avec la GLOF ! Vous êtes jamais le même nombre, et moi je galère toujours toute une semaine pour refourguer les plats qui me sont restés sur les bras quand, au final, personne ne mange… Excusez-moi de vous le dire mon frère, mais ce n’est pas du sérieux votre obédience là !

                Faisant fi de cet éclair de lucidité dans un océan de folie, je revenais donc avec la clé du temple.

                J’enjambais alors Lami Delarose, assis en tailleur dans le couloir, au milieu d’une nuée de photocopies de microfilms de la bibliothèque de Lyon et qui marmonnait alors :

-          Mais où est-ce que j’ai mis l’armoirie de CBCS de Jean de Pissedure de 1787 ? C’est pas possible ! Je suis certain qu’elle était dans la liasse avec le plan géométral de Lyon de 1789.. C’est pas possible ! Comment vais-je pouvoir terminer ma 3è relecture si je ne trouve même plus Pissedure ???

                M’approchant de la porte, j’insérais la clé, la tournait et ouvrait grand le temple lorsqu’un hurlement retentit !

-          Naaaaaaaaaaaaan !! J’ai pas finiiiiiiiiiiiii !!! Je vais finiiiiiiiiiiiiiiir !! Barrez-vous de lààààààààààààààà !!!!!!

                C’était notre Beth-le-Vénérable national !

                La vision qu’il nous offrit à ce moment précis laissa coite l’assistance.

                En caleçon Mickey, la barbe et les cheveux hirsutes, la chemise couverte de taches de sauces en tous genres et son pantalon noué sur ses épaules par les jambes nous figea tous à l’exception de Lami qui arriva à cet instant et s’écria :

-          Ah ben y a pas que moi qui écrit sur les murs à ce que je vois ! Toi aussi t’as Pierre Mollier et Roger Dachez qui ont fait la préface de ton livre ? ça met la pression hein !

                Et effectivement, de la pression, Beth avait dû en ressentir. Car en plus de son accoutrement dépenaillé, nous constatâmes que celui-ci avait recouvert l’intégralité des murs du temple d’un ensemble de caractères et de mots en tous genres qui terminaient de le faire passer pour fou.

-          Les gars, j’ai déjà vu ça dans le Compagnonnage, déclara Jean-Michel Mathonière. Il est revenu à l’état sauvage… Va falloir qu’on soit organisés pour le maitriser et le ramener chez lui…

-          Je vais nulle part !, cria Beth. J’ai pas fini !!!

-          Ok, enchaina Jean-Michel en chuchotant. On va faire la technique dite « de la subvention publique ».

-          Qu’est-ce à dire ? Demanda le frère Hubert.

-          La Technique dite « de la subvention publique » c’est très simple.. Il va falloir que nous nous déplacions dans la pièce et que nous occupions l’espace. Il faut que partout où il pose son regard, il ne trouve que nous. Au début il résistera, mais au bout d’un certain temps, il finira pas lâcher.

-          Foutez-moi le camps !!!! J’ai pas fini !!!!, s’époumona le Très Vénérable Grand Maître en partant en courant vers l’Orient.

-          Mince ! Il s’échappe !, pesta Jean-Michel. Si seulement j’avais pensé à prendre mes fléchettes hypodermiques…

-          Nan mais ça va oui ?, s’inquiéta La Maçonne. Il n’a pas l’air plus fou que d’habitude moi je dis. Il faut juste lui demander ce qu’il se passe.

-          C’est quoi ces tas de chaussures ?, demanda Lami.

                Effectivement, à l’Orient se tenaient deux tas de chaussures de chaque côté de l’autel du Vénérable Maître. Près d’une centaine de paires étaient au moins présentes.

-          Coucou Beth, tu me reconnais ?, demanda La Maçonne.

-          Chut ! Silence ! Bien sûr que je vous reconnais tous ! Bande de déglingos que vous êtes ! Laissez-moi me concentrer !

-          Mais te concentrer à quoi ?, hasarda le frère Hubert.

-          A trouver ce scrogneugneu de mot de passe !!!! ARRRGHHHHHH il m’éneeeeeeeeeeeeerve !!!!, hurla Beth en s’affalant sur sa chaise derrière son ordinateur portable.

-          Quel mot de passe ?, demanda La Maçonne.

-          Ah c’est ça sur les murs…, commenta Jean-Michel.

-          Le mot de passe de notre site ! Bande de mouligaufres !!!!, s’époumona le Très Vénérable Grand Maître.

-          Comment ça le mot de passe de notre site ? ça a un lien avec le piratage qui a lieu sur Freemasonry.fr ??? Mais je croyais que tu avais tout sous contrôle justement ! Tu as été marquer sur le facebook de la GLOF que le site avait été piraté par une Guilde de complotistes reptiliens, mais qu’au final tu gérais tout…

-          Oui ben je gérais rien du tout !! C’est Desachel ! C’est sa faute ! Cet imbécile !! Ahhhhhhhhh qu’est-ce qu’il m’énerve !!!!!!

-          Quoi ?, s’écrièrent tous les présents.

-          Pffff, j’en ai assez, déclara dépité Beth en dénouant le pantalon qu’il avait sur ses épaules. Ça fait des mois que je feignasse. Je fais plus rien de maçonnique. J’allume même plus mon compte facebook. Alors ce petit idiot, pour me secouer, il a commencé à m’envoyer des messages pour me remotiver. Mais moi j’y allais même plus sur facebook. Alors J’ai pas pu les lire…

-          Et alors ?, demandèrent-ils tous.

-          Et alors…. Il m’a envoyé d’autres messages. Et encore d’autres messages…

-          Et aloooooors ?

-          Et alors moi je les lisais pas.. Donc forcément j’y répondais pas…

-          Et alooooooooooors ?

-          Et alors il en a eu assez apparemment. Il cherché à me secouer… Mais moi je ne lisais pas ses messages ! C’est pas ma faute…

-          Et alooooooooooooooooors ?

-          Et alors, et bien un jour il m’a dit que si ça continuait, il allait fermer le site. Mais moi j’ai pas lu.

-          Et alooooooooooooooooooooooors ?

-          Et alors, il voyait que je lisais aucun de mes messages, alors il a commencé se moquer de moi, pour essayer de me bouger sûrement…

-          Et aloooooooooooooooooooooooooooooooooors ?

-          Et bien alors ça marchait pas ! Vu que j’allumais pas mon compte facebook…

-          Et alooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooors ?

-          Et alors, l’autre jour, comme un andouille qu’il est, il a posté sur le net qu’il allait y avoir l’élection d’un prochain Grand Maître à la GLOF. Là, moi, en lisant ça, je me suis dit «  ah mince.. Faudrait peut-être que je lise un peu ce qui s’est dit ces temps-ci pour me remettre à la page »…

-          Et aloooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooors ?

-          Et alors je me souvenais plus de mon mot de passe.. Alors, comme il avait accès au compte, je lui ai redemandé. Et là ça lui a pas fait plaisir, parce que c’est un hyperactif et qu’il n’aime pas quand les gens feignassent…

-          Et alloooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooors ?

-          Et alors j’ai découvert qu’un blogueur était parti de la Guilde. Il m’avait marqué un message facebook, mais je ne l’avais même pas lu ! ça craint.. Je suis désolé pour ce frère…

-          Comment ça ? Il y a un frère qui est parti de la Guilde des Blogueurs Maçonniques ? Mais on est tous là non ?, m’étonnais-je. 

-          C’est Jacques Courtois qui est parti, commenta Jean-Michel.

-          Ah non, moi je suis toujours là !, contredit Jacques Courtois qui se tenait dans l’embrasure de la porte. Je n’ai plus de blog mais je suis toujours là.

-          Mince alors.. mais c’est qui ?, s’interrogea La Maçonne.

-          Nan mais vous craignez les gars là quand même…, se lamenta Beth. Bref ! On enverra un message d’amour collectif à ce frère pour lui souhaiter le meilleur..

-          Mais c’est qui qui est parti alors ?, demanda le Grand Maître des Cérémonies en chuchotant.

-          Oui, bref, interrompit Jean-Michel. On ne voit toujours pas le rapport avec cette histoire de mot de passe. C’est pour ça qu’il te fallait un mot de passe ? Pour retrouver l’accès à ton compte facebook ?

-          Non.. ça c’est bon ! Il me l’a donné. Mais là où il s’est énervé, c’est quand je lui ai dit que je ne retrouvais plus la conversation facebook où il me donnait le mot de passe administrateur pour le site..

-          QUOI !!! Tu conserves tes comptes admins dans des messages facebook !!!, fulmina Jean-Michel.

-          Voilà ! C’est exactement comme ça qu’il s’est énervé !, remarqua Beth.

-          MAIS IL A RAISON BON SANG DE BON SOIR !!!

-          Bref !, coupa La Maçonne, et alors ?

-          Et bien.. Disons.. Disons que pour me forcer à retrouver et sécuriser mes mots de passe qui trainent à droite à gauche.. Il a eu une idée pour que je me bouge un peu..

-          C’est à diiiiiiiiiiiiiiire….

-          C’est-à-dire qu’il  a mis le site en « hors ligne » et il a rajouté des idioties sur des complots reptilo-maçonniques afin que je retrouve fissa fissa mes accès et que je supprime tout ça !

-          AHAHAHAHHAAHAH, rirent les blogueurs maçonniques à l’unisson.

-          Ahahahaha ?, rirent de manière forcée les non blogueurs en se demandant ce qui pouvait être drôle là-dedans.

-          Mais tu sais que personne n’a percuté que le site était tout simplement hors ligne ? Certains sont même allées jusqu’à analyser le code source de la page pour oivr ce qu’il en retournait.

-          Oui je sais.. ça craint.. J’en suis désolé.. Mais c’est pas ma faute si j’en avais marre du monde maçonnique en ligne…

-          Mais alors pourquoi tu as marqué sur le compte facebook que tu avais tout sous contrôle ? Tu t’es pris pour une grosse obédience ?, demanda La Maçonne. Du genre qui dit que tout est sous contrôle alors qu’absolument rien n’est sous contrôle ?

-          C’est exactement ça, avoua piteusement Beth. Mais là je suis dans une panade noire !!! Impossible de me souvenir de mes codes !!!

-          Et ça fait deux jours que tu t’es enfermé là ? Pour trouver tes codes ?, demanda La Maçonne.

-          Oui, avoua à nouveau piteusement Beth. J’ai pas mangé depuis deux jours. Je pense que je commence même à avoir des hallucinations et à devenir paranoïaque….

-          Mais euh.. C’est le mot de passe de quel site « grosse chouquette du 48 » ?, s’interrogea Lami en lisant les mots de passes écrits sur le mur du Midi.

-          Hein ? Euh non mais en fait rien du tout ! C’est rien du tout !!!, paniqua Beth.

-          Mais tu vas faire comment ?, demanda La Maçonne. Les gens ils y croient !!! Tout le monde sur le net maçonnique pense que le site a été piraté !

-          Ben… ben en fait cet idiot il m’a dit que si j’étais pas foutu de retrouver le mot de passe, il allait me le changer mercredi et me remettre le site en ligne. Mais c’est la honte si je n’y arrive pas, concéda Beth.

-          Et tu ne t’en souviens plus du tout ?, demanda Jean-Michel.

-          En fait, je sais que c’est un code mnémotechnique !

-          Mais tu ne t’en rappelles pas…

-          Non…

-          Pas super mnémotechnique, ironisa Jean-Michel. Donc si je résume, le site n’a pas été piraté « réellement », c’est le frère Desachel qui a fait ça pour te forcer à te souvenir d’un mot de passe dont tu ne te rappelles pas…

-          C’est ça…

-          Tu réalises que vous êtes quand même deux imbéciles d’une bêtise crasse !!!!!!!, tonna Jean-Michel.

-          Si je dis « oui », tu lui rediras à lui aussi ?

-          Oui ! 1000 fois oui !!!!, tempêta Jean-Michel.

-          Alors oui.. On est deux imbéciles d’une bêtise crasse !

-          Nan mais il faut être complètement crétin pour plaisanter sur un truc comme ça !!! Et en plus faire ça en plein milieu d’une annonce d’élection obédientielle !!! Tu sais comme c’est dur pour des frères de se dire que leur identité aurait été révélée à cause d’un souci informatique ?

-          Oh ça y a pas de problèmes !, sourit Beth.

-          Comment ça « pas de problèmes » ? Tu te fous de nous ?

-          Mais non… Mais quand je dis que les frères n’ont aucun souci à se faire sur le fait qu’une éventuelle liste des frères ait pu être révélée c’est que je sais de quoi je parle.. Car en fait, il n’y a jamais eu aucune liste des frères de la GLOF !

-          Quoi ?, mais comment tu fais pour les convocations ?,  demanda La Maçonne.

-          Oh ? ça ? J’ai un ptit compte Outlook à la maison avec des adresses mails un peu en vrac. A chaque fois je dois trier entre les adresses maçonniques et les autres.

-          Et tu ne te trompes jamais ?, demanda Lami.

-          Ça m’est arrivé, concéda Beth. Même des fois intentionnellement.

-          C’est-à-dire ?, demanda La Maçonne.

-          Et bien ça fait dix ans que ma belle-mère est morte. Mais à chaque fois que j’envoie une convocation, pour n’importe quelle loge que ce soit, je prends grand soin de lui envoyer un mail sur sa boite mail… Juste pour la faire se retourner dans sa tombe.

-          Beth !!!!, s’écria Jean-Michel.

-          Quoi ?, s’offusqua notre Vénérable National.

-          Nan, rien, j’aime beaucoup l’idée, mais j’ai trouvé qu’il fallait qu’à un moment quelqu’un te sermonne pour la forme.

-          Ah ! Ouf ! J’ai eu peur… En tout cas, j’espère que vous êtes rassurés ! Tout ce qui peut exister comme liste de la GLOF, elle tient sur une feuille de sopalin.

-          Comment ça ?, demanda Lami.

-          Et bien à la 1ère tenue, on avait mis un petit cahier à l'entrée pour que les frères et les soeurs mettent juste quelques renseignements les concernant : nom, prénom, obédience, adresse, digicode ainsi qu’une petite photo d’identité pour, je cite « faciliter le travail du frère secrétaire dans son dépouillement des listings anonymes ».

-          Et ?

-          Et bien personne n’a rien marqué. Alors j’ai demandé à Desachel de faire une liste. Mais comme il n’arrive pas à se concentrer plus de 2 minutes sur une tâche, tout ce que j’ai c’est ça !

 

 

 

-          Mais c’est quoi après les 4 noms là ?

-          Et bien c’est sa liste de courses. Il m’a dit qu’il avait peur d’oublier après la réunion, alors il a marqué ça là-dessus, il a pris une photo, et il m’a donné ce torchon.

-          Bref ! Et ces chaussures c’est quoi là à l’Orient ?, demanda Jean-Michel.

-          Ça ? C’est pour la cérémonie de ce soir. J’ai relu les 357 degrès +1, et la cérémonie officielle de la GLOF établit que le Très Vénérable Grand Maître ou la Tout Aussi Vénérable Grande Maitresse doit être élue en évitant le plus de tirs possibles de chaussures. Alors moi je respecte le rituel.

-          Depuis quand tu respectes le rituel de la GLOF ?, s’offusqua La Maçonne. T’as toujours dit qu’on était des zinzins, et que c’était du n’importe quoi…

-          Oui mais j’ai tellement envie de me débarrasser de ce machin que je suis prêt à tout pour sortir de charge !!

-          Sortir de charge ? Mais quelle charge ? ça fait un an que tu ne fais plus rien !! Tu publies plus rien, tu commentes plus rien.. La GLOF c’est un peu un cadavre tu sais…, se lamenta La Maçonne.

-          Ouais, je sais, mais je me fais vieux…

-          Je connais, compatis Jacques Courtois. Si tu veux on peut faire des maquettes de navire ensemble un jour si ça te dit.

-          C’est vrai ? Oh j’en serai ravi ! Tu m’inviteras en Sylvanie ?

-          Avec plaisir…

-          On ne vous dérange pas trop ?, questionna Jean-Michel. Par contre, quelqu’un peut m’expliquer pourquoi les deux seuls candidats à la Grande Maîtrise de la GLOF sont La Maçonne et Jean Acacio ?

-          Ah ! ça c’est moi !, s’exclama le frère Hubert.

-          Comment ça ?, demanda Jean-Michel.

-          Et bien, Très Vénérable Grand Maître, et vous tous mes frères et mes sœurs en vos rangs, grades, qualités, valeurs, humeurs, tempéraments, pointures de chaussure, tours de têtes, longueurs de bras et couleurs de cheveux, le frère Desachel m’a demandé l’autre jour quel était le nom du frère que l’on entendait le plus sur facebook. Et J’ai dit « moi j’entends tout le temps parler d’un certain Jean Acacio sur facebook ! Même qu’il sort un livre en novembre ! J’ai vu la couverture, il y a plein de symboles ! Et je sais que quand un frère sort un livre avec plein de symboles maçonniques dessus, c’est qu’il brigue à court ou moyen terme un poste de Grande Maîtrise ou équivalent ! ».

-          Vous voyez qu’il y a plus con que moi…, objecta Beth. Moi j’oublie mes mots de passe, mais je sors pas des idioties pareilles.. Quelqu’un pour expliquer à notre frère la raison pour laquelle le dénommé Jean Acacio ne pourra jamais être élu Grand Maître de la Glof ?

-          Ah bon ? Il ne peut pas ?, se lamenta le frère Hubert. Et pourquoi donc ?

-          Je m’y colle !, intervint Jean-Michel. Alors… Mon très cher frère… Oui, tu as tout à fait raison… Il y a moult publicité ces temps-ci pour un ouvrage relatant les aventures de Jean Acacio… Mais, peut-être ne l’as-tu pas remarqué… Au dessus de ce titre, il y a marqué Jacques Ravenne.. Ce qui, crois-moi mon frère, n’est pas une erreur… Puisqu’il s’agit en fait du nom de l’auteur…

-          Comment ça ?

-          Jean Acacio.. C’est un personnage de fiction mon très cher frère… Un personnage de Franc-maçonnerie Magazine. Et, actuellement, celui qui écrit les histoires de Jean Acacio, c’est Jacques Ravenne… Le romancier.. Jacques Ravenne… LE Jacques Ravenne d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne… Voilà voilà…. 

                Le frère Hubert ouvrit alors la bouche, puis la ferma.

                Puis il la rouvrit, regarda autour de lui, et constata que tout le monde regardait en cet instant précis ses chaussures.

                Il intervint alors ainsi : « Je vais aller m’asseoir ».

-          Sage décision mon très cher frère, commenta Jean-Michel. Bon ! Alors ? On se la fait cette élection communiste à un seul candidat autoproclamé ? On commence par quoi ? Rapport moral et financier ? Qui est le Grand Secrétaire ? le Grand Trésorier ?

-          Euhh… En fait c’est moi.. Mais j’ai un peu négligé ça aussi ces temps-ci, concéda Beth.

-          Comment ça ? Tu fais ET Grand Maître, ET Grand Secrétaire, ET Grand Trésorier ? Mais c’est génial cette obédience ! Et on se demande pourquoi des frères se mettent en sommeil des années durant…

-          Hm……, ça se peut… En tout cas, la Grande Loge se porte parfaitement bien ! Sachez-le ! Cela me désespère d’ailleurs au plus haut point ! En élisant La Maçonne comme Grande Maîtresse adjointe, le gros chat obédientiel s'est mis à ronronner. A un tel point que nous n'entendons plus parler de nous nulle part ! Nous sommes devenus invisibles dans le paysage médiatique !

-          Comme une vraie obédience ! C’est incroyable !, s’étonna le Grand Maître des Cérémonies

-          Tout à fait ! Mais en "off" nous avons réussi à pondre deux ou trois bouses que nous avons nommé " Rapports " et que nous avons remises à des ministres en tous genres afin de les conseiller sur la manière de gérer le pays.

-          Et les ont-ils reçus favorablement ces rapports ?

-          Tout à fait ! Mais ceci est surtout dû au fait qu'à chaque fois que nous avons fourni un rapport, nous l'avons rangé convenablement dans une poubelle protectrice.

-          Une poubelle ?, s’étouffa le frère Hubert.

-          Oui ! Une poubelle.. Car vu que tous les rapports que toutes les obédiences donnent aux hommes et aux femmes politiques, finissent toujours à la poubelle, nous avons trouvé plus pratique de leur fournir ces rapports directement rangés dans une poubelle adaptée à la taille du rapport. Les ministres ont été emballés !! Ils ont dit qu'ils demanderaient personnellement à leur responsable au nettoyage de mener à la benne ces rapports, tout en conservant les poubelles.

-          Ah je comprends !, s'exclama le frère Hubert. Et la subtilité c'est que le vrai rapport était inscrit SUR la poubelle !!!! Ce qui fait que, tous les jours, ces hommes et femmes politiques pouvaient être inspirés discrètement par nos idées.

-          Ah non, pas du tout, le détrompa Beth. Ce sont juste des poubelles plastiques achetées sur Amazon. J’ai un compte premium, ça marche parfaitement bien en 24h. Et je suis même pas payé pour dire ça ?

-          Mais c’est scandaleux !, s’offusqua le frère Hubert en se levant de son siège.

-          Frère Hubert ?, interrompit Jean-Michel.

-          Oui ?

-          Jean Acacio….

-          Oh ? Euh.. oui.. mais.., s’empêtra le frère Hubert.

-          Jean Acacio, répéta Jean-Michel.

-          Je…

-          Jean..

-          Nan mais…

-          Acacio…

-          Oui bon d’accord… Continuez Très Vénérable Grand Maître, je ne vois aucu….

-          Jean….

                Le frère Hubert se rassit immédiatement.

-          Nous avons quand même un souci, si je puis me permettre, constata le Grande Maître des cérémonies. Certains prétendent que la GLOF est une fausse obédience...

-          C'est vrai..., répondit Beth.

-          Oui, certes, au sens strictement raisonnable du terme… Mais ne faudrait-il pas le nier ?

-          Pourquoi ? C'est tout à fait exact...

-          Oui... certes..., déclara le frère en se dandinant d'inconfort, mais certains autres frères et sœurs croient le contraire. Et en fait, c'est gênant...

-          Comment cela ?, demanda La Maçonne.

-          Et bien s'ils croient que c'est une vraie obédience, mais que nous leur annonçons que c'est une fausse, ils vont se vexer....

-          Et ?

-          Et bien ils risquent de partir ailleurs !

-          Et ?

-          Et nous aurons perdu des frères et des soeurs... Et donc des capitations...

-          Donc si je résume bien. Nous sommes une obédience qui n'existe pas, mais comme certains croient le contraire, il nous faut exister, car sinon, ceux qui croient que nous existons, alors que non, seraient enclins à partir ailleurs.

-          C'est tout à fait ça !, s'exclama joyeusement le frère.

-          Pfff, soupira Beth, faut vraiment que je me barre... Je suis trop vieux pour ces trucs là... Bon ! Vu que nous sommes tous d’accord pour que je puisse ENFIN me barrer et retourner à ma retraite que je n’aurais jamais dû quitter… Et vu que l’un des deux candidats à l’élection est un personnage de roman… Je mets au vote l’élection de La maçonne au poste de Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse de la GLOF.

-          T’as pas dit « J’ai faim » !, commenta La Maçonne.

-          Quoi ?

-          C'est dans notre rituel. Le Grand Orateur déclare « j'ai faim » pour chaque vote. Mais comme on n’a pas de Grand Orateur ce soir, faut que tu dises « J’ai faim ».

-          C’est vraiment une obédience de tarés… Bon.. Je mets au vote l’élection de La maçonne au poste de Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse de la GLOF. J’ai faim !

 

                A l’unanimité des présents, La maçonne fut ainsi élue régulièrement Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse de la GLOF.

-          Chouette !! Je vais avoir officiellement le droit de manier de la chaussure !

-          Oh volontiers !! Bon allez ! Moi je me casse, j’en ai marre, souffla Beth.

-          Mais ? Et ton mot de passe ?

-          J’ai la flemme… Qu’il aille au diable ce mot de passe ! On attendra mercredi que le ptit jeune il ait pitié et il remette le site en ligne…

                Beth ramassa ses affaires, et alors qu’il traversait les colonnes, tous les frères et la sœur présents se levèrent et se mirent à l’ordre, sans mot dire, saluant le travail accompli dans la gestion de cette ménagerie durant ces deux longues et dures années de mandat.

                Une minute passa avant que La maçonne ne déclara :

-          Bon, je peux aller à l’Orient maintenant ? J’ai mon programme à vous dévoiler…

                Prenant ses affaires, notre désormais Tout Aussi Vénérable Grande Maîtresse s’installa à l’Orient, entre deux tas de chaussures, dans ce temple couvert de mots de passes incongrus sur les murs.

-          Bon ! Allez ! A mon tour de taper de la chaussure !

                Elle se saisit alors d’un petit mocassin à gland et tapa une batterie sur la table.

-          Bon alors, vous le savez, ma marotte c’est la GL, la GLFF et la GLAMF. Mais je ne m’interdis pas une petite infidélité de temps en temps. C’est pourquoi, j’ai fait des recherches sur la Suprême Assemblée Constitutive des Avancés Maîtres Entrés à Reculons par Derrière et j’ai reçu à ce titre des détails croustillants d'informateurs masqués

-          Masqués ?, s’étonna le Grand Maître des Cérémonies.

-          Oui, c'était une soirée costumée dans une Grande Loge parisienne, mais je n'y retournerai jamais...

-          Et pourquoi donc ?

-          Je m'étais déguisée en Sorcière avec un faux nez, un chapeau noir, et j'avais même mis une verrue sur mon nez faux..

-          Et alors ? ça ne s'est pas bien passé ?

-          Oh si.. dans un sens si.. Tout le monde était hilare de mon déguisement....

-          Mais ?

-          Mais à chaque fois qu'ils avaient fini de rire ils s'écriaient " Hey regarde ! Cette sœur est déguisée en La Maçonne ".

 

                Je ne pus m'empêcher d'étouffer un fou rire.

                Je me fis alors immédiatement fusiller du regard et reçut une chaussure sur le coin de la tête.

 

-          Gnagnagna, moi ça ne m'a pas trop fait rire au début.. Mais d'un coup j'ai eu une idée.. J'ai commencé à faire aux frères " Bonjouuuuuuuuuuuur.. Je suis La Maçooooooooooonne... Vous avez une révélation sur le collège des grands officierrrrrrrrrrrs ou sur le Conseiiiiiiiiiiiiiil ? ".

-          Et ?

-          Et j'ai rempli la carte mémoire de mon téléphone tellement ils m'ont sorti des informations confidentielles en masse !!!....

-          Mais comment ça ?

-          Et bien, pour eux, déguisée en sorcière, j'étais déguisée en La Maçonne... Donc pour eux... et bien il était impossible que je sois réellement La Maçonne... Donc par voie de conséquence, ils croyaient sûrement que j'étais la femme d'un haut dignitaire.. Ils sont donc tous passés à table ! Et j’ai accumulé des faisceaux de preuves indiquant que la Suprême Assemblée Constitutive des Avancés Maîtres Entrés à Reculons par Derrière complote avec d’autres Conseils de Hauts Grades pour fonder une super méga obédience unifiée capable de concurrencer les autres super mégas obédiences !

-          Niveau complot, moi je préférais les reptiliens !, se confia le Grand Maître des Cérémonies juste avant de recevoir une chaussure sur le coin de la tête.

-          J’apprécie le silence dans les colonnes mon frère, se confia à son tour La Maçonne. Mais d’ailleurs, le silence n’étant pas qu’oral, je prie les frères ici présents de ne pas révéler ce que je m’apprête à vous révéler…

                Ainsi s’achève mon compte-rendu de tenue de Grande Loge de la Grande Loge d’Orient de France.

                Je  tiens néanmoins personnellement à remercier Beth-le-Vénérable pour tout le travail qu’il a réalisé durant toutes ces années au sein de la GLOF, mais aussi de Freemasonry.fr

                Je lui souhaite le meilleur et lui confie mon amitié indéfectible jusqu’à ce que l’un de nous soit appelé à l’Orient éternel, afin que le 1er attende l’autre.

 

Al-Quin

 

 

 

Encore un site de plus ?

Logo1000“Encore un site de plus sur la franc-maçonnerie ?” Telle est la question que vous pourriez vous poser

Pourtant, à la différence de nombreux sites sur la franc-maçonnerie, freemasonry.fr va un peu à contre-courant. Découvrez pourquoi

Read More

Pourquoi l'anonymat ?

Les gens sensés le savent : le secret en franc-maçonnerie n'existe plus. Internet a fait exploser les barrières de l'information.

Pourtant, l'orgueil guette tous les frères et soeurs qui souhaitent produire du contenu maçonnique. Jaugez-nous donc plutôt à notre travail, qu' à nos noms, grades et qualités.

 Ps : si tu es un adepte du complot maçonnique interplanétaire sache une chose = les franc-maçons ne sachant déjà pas comment se mettre d'accord sur comment nommer deux colonnes correctement... Avant de conquérir les fonds marins et l'univers tout entier, on a de la marge...

Nous contacter

contact250

android tablet 300v2

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données